12, rue du Commerce
66400 Céret
04 68 87 38 30
Contact
Site Internet
Ouvert du mardi au samedi, de 11h à 12h30 et de 14h à 19h
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Fabien Boitard
Du dimanche 8 octobre au samedi 2 décembre 2017
Vernissage vendredi 13 octobre 2017 à 18h

Formé à l’École nationale des beaux-arts de Bourges, Fabien Boitard peint contre vents et marées, avec une fougue qui impressionne d’emblée les regardeurs que nous sommes. Sa peinture vitupère, exprime avec force une certaine forme de protestation. C’est cette première observation-là qui vous aborde - au sens d’abordage - avec franchise pour ensuite découvrir peu à peu une véritable faconde du geste et des élégances enfouies qui de par-dessous la force ressentie font surface au fur et à mesure que notre regard se fait dompter.
Fabien Boitard malgré sa fécondité, ses trouvailles ou même ses retrouvailles avec tant d’expériences anciennes, ne déroge pas à un style, son style, vif, emporté, dont il ne saurait faire l’économie.
Qu’il torde un châssis, qu’il colle, qu’il recouvre, qu’il arrache, qu’il repeigne, qu’il s’épuise à de lancinantes techniques, qu’il jette , racle, sa personnalité et son style s’affirment sans concession.

A ces techniques sans cesse revisitées s’ajoute en plus l’étendue des sujets, des figures et il ne manque pas d’inspirations, elles pleuvent, que ce soit devant sa porte, autour de lui, dans le monde des médias ou dans celui des virtualités numériques ou autre nouveaux mondes. Tout est sens, qu’il convoque à l’aune de la pertinence de son sens critique.Il va même parfois trop loin pour moi, tellement il s’investit de toutes torsions, au bord du déraisonnable emporté par sa fronde. Il s’avère à postériori qu’il a raison, que sa démesure est juste en regard de celles qui nous tuent sans même que nous ayons l’intelligence de les voir fondre sur nous.

Sa peinture est tantôt douce, tantôt brutale ou carrément piégée, elle est à la confluence de nos paradoxes et, si elle est parfois séduisante, elle l’est très vite à la racine étymologique de ce mot même, du latin seducere : pourrir, insatiables vanités.

Philippe Saulle (extrait)




Annuaire Agenda Informations professionnelles Art dans l’espace public Parutions Artistes en languedoc-roussillon Votre avis nous intéresse...